Elles bouchent les toilettes avec des billets de 500 euros !

DR
25 septembre 2017
Par Ludovic Vilain
Voilà une drôle de manière de planquer son argent en Suisse, mais bon il paraît que l’argent n’a pas d’odeur …

Histoire incroyable que cette découverte faite récemment à Genève. Les toilettes d’une grande banque de la ville et de trois restaurants ont été bouchées par des liasses de billets de 500 euros. Evidemment, la police a été prévenue et la justice suisse enquête pour déterminer l’origine des billets. Les faits se sont d’abord déroulés dans la salle des coffres de la Banque UBS de Genève où un employé a fait la première découverte dans les sanitaires. Et quelques jours plus tard, l’histoire s’est reproduite dans trois restaurants situés à proximité de l’établissement bancaire.

Au total, ce sont plus de 100 000 euros qui ont été retrouvés dans les toilettes mais malheureusement la plupart des billets ont été découpés en petits morceaux. Dommage, sinon on se serait bien proposé pour les recycler en les passant à la machine. Avec un peu de chance, on pourrait toujours les utiliser pour jouer au Monopoly … et comme ça on pourrait enfin se payer un hôtel Rue de la Paix. Plus sérieusement les autorités suisses sont parvenues à récupérer une partie de la somme mais refuse de révéler le montant exact. Ces dernières suspectent également deux femmes de nationalité espagnole d’avoir fait le coup.

Selon le grand quotidien La Tribune de Genève, la police a recueilli des indices concordant qui les a mis sur la piste de deux riches espagnoles. Les femmes ont en effet demandé à leur avocat de rembourser les restaurateurs qui avaient vu leurs toilettes endommagées par l’opération pour les frais de plomberie engagés. Précision importante concernant ce fait divers insolite, en Suisse le fait de détruire des billets de banque n’est pas interdit par la loi. Malgré tout, la justice helvétique a décidé de poursuivre l’enquête pour vérifier l’origine des fonds. Si on s’autorise un jeu de mots, on dirait que c’est ce qui s’appelle « faire la grosse commission. » Lol.