Couple : pourquoi seulement 4 Français sur 10 parlent de sexualité avec leur partenaire ?

Flickr
16 mai 2018
Par Bertrand Loppin
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, parler sexualité avec sa moitié n’est pas une démarche si courante. Le plus souvent, la peur de mettre son partenaire mal à l’aise explique cette absence de dialogue pourtant essentiel dans un couple.

A l’heure, où l’on peut trouver une scène de sexe en vidéo en trois clics et où l’on a l’impression que plus grand chose ne peut choquer en matière de pratique sexuelle, force est de constater que parler de sexe en couple n’est pas forcément facile. Le sexe n’est plus tabou dans notre société, mais il le reste fréquemment dans l’intimité des couples.

C’est en effet l’enseignement d’un sondage réalisé par Harris Interactive pour le compte du fabriquant de sextoys We Vibe. Selon ce sondage, seulement 4 français sur 10 évoquent le sujet de la sexualité avec leur conjoint. Pire, 11 % des personnes interrogées déclarent l’évoquer moins d'une fois par an, voire jamais. En résumé, on pratique, mais on évite d’en parler.

Comment expliquer ce constat ? La première raison invoquée par 62 % des personnes interrogées, c’est la peur de mettre leur partenaire mal à l'aise. Autre raison, 56 % se déclarent embarrassés à l'idée d'exprimer leurs désirs. Enfin 55 % rejettent la faute sur l’autre : leur partenaire ne serait pas assez à l'écoute. Pour autant, tout n’est pas perdu. La majorité, 88%, juge que la sexualité est un sujet important au sein du couple, derrière les enfants (97%) et l'organisation des vacances. Le tout est donc de trouver la bonne méthode pour l'aborder.

Plus que jamais, le dialogue reste indispensable dans un couple. Pour l’établir, il est important d’appliquer quelques règles simples. Tout est dans la formulation. Faites des remarques pas des reproches. Parler de votre ressenti pour amener l’autre à parler de lui. A noter également, pour ceux qui suivent cette voie du dialogue en matière de sexualité, 85 % tiennent compte de l'humeur de leur conjoint avant de se lancer, 78 % font attention aux termes employés et 71 % racontent attendre un moment précis – souvent le soir au moment de se coucher - pour engager la conversation.