Anitta répond aux propos sexistes de ses détracteurs

Anitta
11 mai 2018
Par Aurélie AMCN
Souvent critiquée pour ses textes et ses chorégraphies, Anitta a aujourd’hui décidé de prendre la parole pour répondre à ses détracteurs.

Avec des textes parfois provocateurs et des chorégraphies subjectives, Anitta est souvent la cible de critiques. Si la chanteuse a souvent su se défendre sur les réseaux sociaux, aujourd’hui elle utilise la presse pour répondre aux propos sexistes de certains de ses détracteurs. C’est ainsi au cours d’une interview avec un journal espagnol pendant le festival Los40 Primavera Pop que la jolie Brésilienne a évoqué ses difficultés à s’imposer dans l’industrie musicale latine. « En tant que femme, tout est plus difficile pour moi. Nous, les femmes, nous ne pouvons pas faire ce que nous avons envie de faire. Pourtant, j’ai ma propre société, mon propre bureau. Quand j’ai commencé ma carrière musicale, beaucoup de gens m’ont dit que ça ne marcherait pas. Pourquoi ? Parce que je suis une femme et parce que je sais danser ? Pourquoi est-ce que je ne pourrais pas être intelligente et une bonne danseuse ? », commence-t-elle par défendre ses intérêts. 

ANITTA EST UNE "VRAIE FÉMINISTE"

Elle revient ensuite sur les nombreux commentaires reçus à la sortie du clip de sa chanson Vai Malandra. Anitta rappelle n’avoir eu recours à aucun outil de retouches et y apparaît telle qu’elle est vraiment avec ses petits défauts (vergetures, cellulite, etc) sur les cuisses et les fesses. Des images qui ont choqués de nombreux internautes. « Ils me critiquent tous parce que je suis une femme et que je suis jeune. La vidéo du clip représente avant tout l’essence même du Brésil. J’ai été inspirée par les expériences vécues dans ma jeunesse », explique-t-elle le vrai thème de sa vidéo. 

LA POLÉMIQUE RIDCHARDSON 

Mais au-delà des images de son clip, c’est le réalisateur qui a suscité une vive polémique et lui a fait une mauvaise publicité : le célèbre photographe Terry Ridcharson, connu pour ses clichés sexy et récemment accusé d’abus sexuels (et donc banni par plusieurs célèbres magazines). « Je voulais quelqu’un de créatif pour le clip. Quand je l’ai choisi pour travailler avec moi, je n’étais pas au courant de toutes ces histoires (…). J’ai fait mon clip, tout s’est bien passé. Et si quelque chose d’indécent s’était produit, je ne l’aurais pas toléré. Je suis du côté des femmes, je suis une vraie féministe », se défend-elle encore. Toutes ces critiques n’ont cependant pas empêché Anitta d’enchaîner les collaborations : J Balvin, Maluma, le DJ Alesso ou encore très prochainement Rita Ora.